Histoire et patrimoine

Mairie de Brillon en Barrois
cliquez pour agrandir l'image Mairie de Brillon en Barrois

 Le village

Petit village de la Meuse, Brillon en Barrois est situé au nord du canton d’Ancerville, à proximité immédiate du département de la Haute-Marne. Situé à 243 mètre d’altitude, la commune est traversée par la route départementale 635.

La 1ère fois que Brillon en Barrois est mentionné, c’est en 964, lorsque le 1er Comte de Bar Frédéric 1er, céda à Gérard de Toul, les terres de Brillon. A ce moment-là, le village apparaît sous le nom de Brilloni Villa, puis Brillonivilla au XIème siècle. C’est à partir de 1225 que l’on voit apparaître le nom de Brillon. Ethymologiquement, il faut se reporter à la forme la plus ancienne « Brilloni villa » qui viendrait de « Beryllus » surnom romain d’origine grecque.
En 1033, Brillon en Barrois dépend du Comté de Bar, de la prévôté d’Ancerville, du Baillage de Bar, du Diocèse de Toul, de l’Archidiaconé de Reynel et du Doyenné de Robert Espagne.
 
Depuis 1159 jusqu’à la révolution française, les seigneurs ou propriétaires se succèdent : Ancel et Guy de Bar, Philippe, châtelain de Bar, Jacques d’Autrêche lequel vend au Comte Henry IV, Yolande d’Anjou, Charles Duc de Guise, Charles de Lorraine, la famille Colliquet.
En 1789, lors de la révolution française, Brillon en Barrois dépend du district de Bar et du canton de Saudrupt. En 1793, Brillon aura 25 citoyens en activité de service. En cette période de guerre, un atelier de salpêtre s’installe afin de faire de la poudre.

Pendant l’empire, en 1814, on signale le passage de nombreuses troupes russes et prussiennes.
Quand au XIXème siècle, il fut marqué par des épidémies de choléra, mais surtout par la construction de nombreux bâtiments publics : mairie, école, presbytère, création de 6 fontaines, d’un lavoir public et d’un cimetière.
Le XXème siècle est marqué par les guerres faisant beaucoup de victimes sur Brillon, endeuillant la quasi totalité des familles.

Les fontaines

La commune de Brillon en Barrois n’est pas traversée par un court d’eau. Cependant, de nombreuses fontaines ont été construites sur l’emplacement d’anciennes mares, afin de palier au manque d’eau. Aujourd’hui, on en dénombre 7 :

  • fontaine Napoléon (1855)
  • fontaine Cérès, déesse de l’agriculture (1855)
  • fontaine Mercure, dieu du commerce (1855)
  • fontaine du Petit Pâquis (1864), déplacée en 1884
  • fontaine du Grand Pâquis (1864)
  • fontaine du Terme (1874)
  • fontaine Mare Régnier (1999)

Village fleuri

Brillon en Barrois est précurseur dans l’idée de fleurir son village jusqu’à obtenir un 1er prix départemental en 1961 et un 1er prix national en 1965. Aujourd’hui, le village est hors concours avec 3 fleurs.

Haut
de page